Jérôme Cotnoir

Par Jérôme Cotnoir

8 novembre 2019

Bien-être

Les milléniaux, paresseux, ne veulent pas travailler… Vraiment?

Jérôme Cotnoir, directeur du soutien des opérations – ventes et fidélisation à La Capitale assurances générales, témoigne de son expérience professionnelle avec les milléniaux.

Voilà plus de deux ans que j’ai la chance de travailler avec un groupe dynamique majoritairement composé de jeunes de moins de 25 ans. Et laissez-moi vous dire que la phrase titre est tout sauf vraie! Comme j’entends souvent des commentaires qui généralisent ce groupe d’âge, que sont les jeunes, j’ai pensé vous livrer humblement mes constats, mais aussi quelques approches qui m’ont permis d’établir un lien fort et sincère avec mon équipe.

L’âgisme est un piège à éviter qu’il soit dirigé envers les plus vieux ou les plus jeunes. Ce blogue se consacre aux moins de 25 ans, mais évidemment on pourrait produire un équivalent pour les plus de 50 ans, puisque chaque génération a son rôle à jouer au sein d’une entreprise. Seule l’approche peut varier.

Ne généralisez pas!

En effet, le simple fait de catégoriser un groupe d’individus peut mener tout droit vers le piège qu’est la généralisation : mettre tout le monde dans un même panier. Même s’il est vrai que des différences générationnelles, chacun d’eux est une personne à part entière avec ses qualités et ses défauts. Ils ne sont certainement pas imputables de toute leur génération.

Intéressez-vous à eux!

Rien ne vaudra un intérêt sincère pour ce qui les passionne. Sans jugement et avec une belle ouverture d’esprit, il est possible d’en apprendre beaucoup sur l’humain, peu importe son âge ou sa culture. Prendre le temps de discuter avec eux vous montrera à quel point les jeunes peuvent être curieux, passionnés et dynamiques. Il est vrai que certaines de leurs priorités peuvent laisser vous laisser présager un manque d’ambition, mais détrompez-vous. Vous avez devant vous des jeunes plein de rêves et d’ambitions, axés sur l’équilibre entre travail et famille et parfois peut-être un peu moins carriériste. Mais qui sait, peut-être ont-ils raison? Encore là, ne tombons pas dans le piège de la généralisation… Il y a dans le lot de futurs entrepreneurs et dirigeants d’entreprises.

Faites-leur confiance!

Vous verrez; donnez-leur de l’autonomie et un objectif clair, ils vous surprendront par leur facilité d’apprentissage, leur débrouillardise et leur esprit d’équipe. Laissez-les travailler et faire leurs propres erreurs, ils comprendront qu’ils ont votre confiance et qu’ils ont le droit de se tromper. L’apprentissage est plus douloureux, mais ô combien plus solide! Une approche qui mise sur l’autorégulation du groupe facilitera leur responsabilisation et développera leur leadership. Vous découvrirez en eux des gens disciplinés avec un sain esprit de compétition et un désir de performance. Établissez les règles du jeu et laissez-les aller. Il se développera naturellement des motivateurs, des formateurs, des capitaines et tous les éléments qui constituent une équipe performante. Il ne reste plus qu’à recadrer les éventuels égarés.

Respectez-les!

Combinez les trois approches précédentes. Tout cela réuni est la plus belle marque de respect que vous pouvez leur offrir. Voyez-les comme les individus à part entière qu’ils sont. Ils ne sont pas que des jeunes, que des milléniaux, ils sont Félix, Catherine, Jacob et Sarah. Oui, ils sont de jeunes adultes se rapportant à un groupe générationnel, mais surtout, ils sont des personnes uniques et munies d’une individualité qui leur est propre.

Voilà, essayez qu’une seule de ses approches et, vous verrez, ils lèveront les yeux de leur cellulaire pour vous surprendre!

 

Tu cherches une entreprise qui considère ses ressources humaines comme un élément essentiel à son succès?

Visite notre site web

Écrire un commentaire

Écrire un commentaire

Recevoir l’alerte-emplois